Prestataires

Depuis l’annonce faite en juin 2009 de la suppression de 550 emplois au sein de TDF, des réunions de négo-ciations, mais aussi des actions ont eu lieu au sein de l’entreprise avec les partenaires sociaux dans le but d’atténuer le nombre de départs annoncés.
La CFDT a décidé de signer l’accord de mise en oeuvre prioritaire d’un Plan départ Volontaire et d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi ce mercredi 6 janvier 2010. Les autres OS présentes dans l’entreprise l’on également signé (CFE-CGC ; CFTC ; FO) à l’exception de la CGT.
Tout d’abord, la CFDT de TDF ne se réjouit pas, loin s’en faut, d’apposer sa signature sur un tel accord mais entre deux maux il faut choisir le moindre, et en signant cet accord la CFDT a su démontrer qu’elle était capa-ble d’aller au bout de ses responsabilités. Non, nous n’acceptons pas le plan de la direction en signant cet accord. Oui, nous pensons aux salariés qui préfèrent partir sur la base d’un accord négocié plutôt que de se trouver brutalement face à un PSE avec des contreparties au minimum.

llaa3-2Après les élections du Comité d’Entreprise et des Délégués du Personnel remportées haut la main par la CFDT au sein de CCA International Carmaux, l’heure est venue à l’action !
Notre équipe se veut dynamique, chaque membre élu ou non participe à sa manière à la construction de ce nouveau CE.
La mise en place du comité d’entreprise a permis d’offrir aux salariés de nombreuses prestations. Notre CE bouge, c’est même notre slogan ! Un voyage a pu être organisé pour la 1ère fois dans l’entreprise, nous multiplions les contacts locaux pour offrir à tous les salariés de CCA de nouveaux services à des prix très compétitifs.
Les réunions DP se sont mises en place et ont permis de faire remonter un certain nombre de questions qui obligent la direction à y répondre et ne plus éluder les sujets.

Le 12 juin dernier la direction générale de TDF a annoncé la suppression de 600 postes sur 2400, liée selon elle à la fin de la diffusion da la TV analogique en 2011, alors que la dette liée au deuxième montage LBO en est la cause réelle.
Après deux mouvements de grève au mois de juin et au mois de septembre, suivis en moyenne à 60%, des négociations ont abouti à un accord de cadrage d’un plan de départs volontaire suivi d’un PSE qui a été rejeté par la majorité des employés (une phase de licenciements contraints était explicitement prévue si le PDV n’était pas suffisant).
Aujourd’hui la direction générale annonce un PSE, mis en place unilatéralement, vraisemblablement début décembre.


Une réunion a eu lieu au siège le 16 mars. Elle devait être la dernière sur les 3 projets d’accords de substitution Temps de travail, Rémunération et Classifications, suite à la dénonciation des accords collectifs des 9 filiales intégrées à l’UES Téléperformance France en 2009.
Alors que la direction cherchait à convaincre des « avancées » de ses projets, dans la réunion comme sur les sites, des débrayages avaient lieu, comme tous les jours depuis le 11 mars, à Orléans, au Mans, à Lyon, ….
La direction était tellement sûre de pouvoir clore les négociations, qu’elle avait mis les projets d’accord à l’ordre du jour des CCE du 19 et 23 mars.

Les militants de Téléperformance ont organisé une journée d’action contre les mauvaises conditions de travail et meilleure prise en charge de la mutuelle le 30 novembre sur le site Toulousain.