Partons d’un constat : 16 millions de français, soit un sur quatre, appartiennent à une catégorie socioprofessionnelle en croissance : les retraités.

Cette population qui a des revenus stables quel qu’ils soient attire la convoitise de grands groupes.

Pour preuve, il y a de plus en plus de salons séniors qui sont, coïncidence, jumelés avec des salons du tourisme, nous entrons dans la Silver Economie.

Mais ceci n’est qu’un leurre car si certaines retraites sont supérieures à quelques SMIC, la retraite brute médiane est légèrement inférieure à 1200€ par mois.

Quelques 6 millions de retraités ont une retraite inférieure à ce montant, pour mémoire le minimum vieillesse étant de 792€.

Les retraités ont une espérance de vie qui continue de progresser, et corrélativement la durée de la retraite. Plus de 40 années séparent le plus vieux retraité du plus jeune, ceci correspond à deux voire trois générations.

La plupart des retraités actuels ont connu les « trente glorieuses » et différentes crises avec notamment celle du premier choc pétrolier de 1973 et la mutation des PTT avec différentes grèves dont la plus importante en 1975.

Avec cette dernière décennie, nombreux sont les retraités qui ont connu des fins de carrière difficile avec l’évolution de leur outil de travail.

Et bien sûr cette situation ne va pas en s’améliorant pour les futurs retraités.

Il ne faut pas oublier que si le taux de pauvreté des retraités est inférieur à celui d’autres tranches de la population, de nombreuses femmes ont pris une retraite anticipée (plus ou moins forcée) en tant que mère de trois enfants et ne touchent qu’une pension proportionnelle contrairement à certains « on-dit ».

La situation conjoncturelle montre qu’un effet de levier accentue les inégalités de patrimoine lors du passage à la retraite, que le gel des pensions de retraite touche désormais le retraité qui calcule au plus juste ses dépenses, sans oublier la demi part fiscale supprimée pour les veufs et veuves.

Les nouveaux retraités, jeunes, plutôt actifs sont en quête d’utilité sociale et cherchent à s’occuper pour éviter l’isolement contrairement aux plus âgés moins actifs, de santé précaire et souvent considérés comme une charge dans l’avancée en âge tant pour la société que pour certains descendants.

Le militant retraité CFDT, essaie par ses actions de faire changer le regard de la société sur les retraités et le vieillissement.

La première préoccupation du retraité au quotidien est son état de santé. La plupart y prêtent attention et assument leur âge avec ses implications.

Les retraités aspirent à une réelle qualité des relations sociales. Ils tiennent à garder leur environnement social proche (famille, amis) notamment par l’accessibilité au numérique, leur investissement associatif, leurs habitudes de vie et les conditions de vie dans leur habitat et environnement.

Les retraités sont très attachés au système de protection sociale actuel (retraite, santé, autonomie).

Modèle social de qualité qui a su montrer toutes ses vertus et son rôle d’amortisseur dans les crises actuelles.

Son importance est donc cruciale. Si les équilibres financiers de ce modèle sont fragiles avec une dette intergénérationnelle importante, nous devons adapter voire réformer ce modèle indispensable à la préservation du contrat social.

Nous agissons par des actions type « opération carte postale » pour sensibiliser nos politiques.

Une démarche de notre militantisme est de proposer via la CFDT un contrat de mutuelle à l’ensemble des adhérents retraités qui le souhaitent. Un contrat est négocié à ce sujet avec la MGEN.

Nous savons tous que le contexte est difficile, la CFDT Retraité sait être raisonnable dans ses revendications pour être crédible. Notre militantisme en tant que retraité doit être présent pour préserver l’équilibre fragile de notre société tout en essayant d’améliorer le bien être des séniors.

Le S3C pour sa part n’hésite pas à faire appel à nos ressources humaines pour des opérations ponctuelles, ceci permet de montrer que l’entraide syndicale est toujours d’actualité.

Notre statut de retraités issus du S3C nous permet d’avoir un local aussi chez cette dernière.

Nous, adhérents CFDT retraités, nous poursuivons notre action syndicale après notre vie professionnelle au sein d’un syndicat qui défend les droits des retraités.

Nous sommes prêts à conseiller les futurs retraités dans leurs démarches.

Retraité et toujours militant CFDT.
SSR F3C 31-09
(SSR : Section Syndicale Retraité)