Enseigne

Les récents évènements survenus au bureau de Bagatelle ont une nouvelle fois remis sur le tapis les conditions de travail des agents en ZUS.

Traité en CHSCT, il faudra bien avancer pour obtenir que les agents soient protégés et puissent bénéficier d’un retour dans des bureaux moins exposés.

La CFDT refuse que le thème des ZUS soit intégré dans l’accord guichetier actuellement négocié au national.

Les ZUS et quartiers prioritaires doivent en effet faire l’objet d’un accord spécifique, décliné localement en fonction des particularités des Directions Régionales.

Corine F.

Les retours sont nombreux (plus de 120 réponses). Un CHSCT spécifique sur le sujet vient de se tenir le 24 septembre en présence du Médecin de la Poste et d’un animateur privé invité par les membres du CHSCT.

A l’issue de cette instance, un groupe de travail va permettre d’élaborer des pistes d’amélioration.

Il est important que cet item sur le stress issu des conditions de travail et de la pression commerciale soit officiellement traité pour que le siège ne puisse plus dire « on n’était pas au courant » !

Corine F.

"Après avoir entendu les personnes concernées par le projet d'expérimentation EAR et les différents partenaires , la DTELP Midi Pyrénées Ouest décide le retrait du projet."

C'est par ce mail laconique du 10 janvier 2014 que la DRH de la DTELP Midi-Pyrénées Ouest a annoncé la fin d'un projet qui visait à inclure les temps de trajet dans le temps de travail pour ne plus avoir à les payer.

Le seul hic, c'est qu'il enlevait autant de temps de travail et de présence effective en bureau de Poste. De nombreuses conséquences donc sur la charge de travail qui s'en trouvait augmentée, sur les horaires d'ouverture pour le public qui étaient réduits…

Mais heureusement que la CFDT était là ! A coup de pétitions, de tracts et surtout de dialogue avec la direction, cette dernière s'est finalement rangée à l'avis de la CFDT et a compris l'incohérence de son projet qui a été retiré.

Depuis le 21 septembre, les nominations de DS sont connues.

Les entretiens pour les adjoints (RCpart, REC et RE) débuteront début octobre.

Le 1er janvier, la « grande valse » sera entamée.

Entre le stress des cadres qui ne savent pas où ils vont être positionnés et les agents qui s’inquiètent de ne plus avoir les mêmes encadrants, le Réseau est dans un état de stress jamais connu jusqu’ici.

Du haut en bas de l’échelle, l’inquiétude règne.

Et les directions ne sont pas épargnées !

Corine F.

Le 13 décembre 2013, la CFDT lance une Alerte Sociale auprès du directeur de l'Enseigne TAP (Toulouse – Ariège – Pyrénées). Ce dispositif prévu par l'accord national Qualité de Vie au Travail (accord QVT, signé par la CFDT le 22 janvier 2013) stipule en effet qu'un syndicat a le droit de saisir la direction en cas de non respect d'un accord ou du dialogue social.

Motif de l'alerte : la mesure prise par la direction de remplacer les absences des agents à 35h par des intérimaires, insuffisamment formés et à 25h seulement.

Une mesure qui provoque en effet pour chaque agent et manager une surcharge de travail qui provient, de façon mécanique, du delta d'heures manquantes. Faites le compte : 35 – 25 = 10h manquantes par semaine et par agent. L'aggravation des conditions de travail qui en résulte est en totale contradiction avec l'accord QVT qui a notamment pour ambition "d'améliorer significativement et durablement les conditions […] de vie au travail…".