Médiapost

Aujourd’hui les salariés en ont « ras le bol » de travailler dans une entreprise qui fait des bénéfices substantiels, sans avoir en retollaa3-8ur une partie de ce bénéfice, obtenu grâce aux efforts effectués par eux, pour avoir une qualité de production permettant de satisfaire les clients.

Dans ce contexte, toutes les OS se sont réunies en intersyndicale pour dénoncer cette situation qui n’est plus tolérable et ont organisé le 15 Février 2010, un débrayage national où l’on a pu constater une grande mobilisation avec 35% de grévistes

A l’initiative de la S3C Midipy et suivi depuis par d’autre syndicats nous avons organisé deux rencontres de tous nos élus et DS pour échanger, expliquer les accords en vigueur dans l’entreprise, redynamiser le groupe, développer la CFDT, avoir une réflexion commune sur les dossiers, bref faire vivre le groupe.

Le 10 Mars 2010 à commencer la négo sur les risques psycho sociaux, une demande forte de la CFDT.

Dans le sud ouest une réunion s’est tenue portant sur les conditions IMPORTANTES DE PRESSIONS sur l’ensemble de l’encadrement et des salaries.
La commission de suivi DSL s’est réunie, un audit a été effectué et a démontré à la direction que l’accord des temps imposés ne correspondait plus à rien. De ce fait, nous allons rouvrir des négos pour revoir et améliorer l’accort DSL (distribution sur liste).
La direction est fière d’avoir un accord d’entreprise sur le dialogue social c’est bien, sauf que ce dialogue est à sens unique et que toutes les belles intentions émises par la direction générale lorsqu’elle est en négociation avec les partenaires sociaux, ne se répercutent pas sur le terrain.

Que dire du terrain : de plus en plus de gens stressés, fatigués des conditions de travail qui se dégradent de jour en jour et qui deviennent inacceptables.

Aujourd’hui on ne nous parle que de profits, les embauches se font à une grande majorité sur des contrats à temps partiel, ce qui en fait des travailleurs précaires. La CFDT dénonce depuis des années avec les DS et élus auprès de l’inspection du travail, un temps d’activité non rémunérée, qui n’est autre que du travail dissimulé.